Top 6 des raisons de pleurer la mort de Richard Anthony

Par Pierre

A toi, bobo toulousain, auditeur assidu de GMT, tu as sûrement appris la nouvelle lundi : Richard Anthony est mort.
Tandis que je pleurais toutes les larmes de mon corps en apprenant cette nouvelle, j’ai remarqué qu’en traversant les couloirs de la rédaction de GMT (situé au 15 rue du Hypster) on plaignait mon chagrin en croyant que Richard était probablement un membre de ma famille ou que ce M. Anthony était sûrement un ami très cher dont je pleurais la disparition (genre mon boulanger).
Que nenni l’ami ! Pour tous ceux qui lisent ces lignes et qui ressentent le besoin d’enrichir leur culture avec une page de l’Histoire de France, voici un top 6 des raisons pour pleurer la mort de ce grand homme qui a marqué le 20ème siècle, peut-être même plus que René Coty.

1. Richard Anthony était un BG

Cela peut paraitre étonnant à première vue, surtout si vous ne connaissiez la personne qu’à travers les photos de la tournée «âge tendre et tête de bois», mais dans sa jeunesse et au début de sa gloire, Richard Anthony était un bogoss (le Ryan Gosling des années 60 français je vous dis!) Voyez plutôt :

RA regard lointain

Regard dans le lointain: Je médite.



RA piano

#ThugLife


2. Parce qu’il est le premier à avoir fait le fameux «tube de l’été»

C’était en 1962. Tous les romantiques qui lisent ces lignes connaissent ce titre par cœur. Faites le calcul : vos parents (ou même grands-parents) ont probablement « pécho » sur cette musique. [numéro 1 pendant 21 semaines d’affilées, ça ferait rêver David Guetta]

3. Parce qu’il a fait avancer la société

Oui bon j’exagère un peu, mais son combat pour le port du bikini (pas du tout dans les mœurs de l’époque) rend nos plages plus belles chaque été.

4. Parce-qu’il a un record …

… celui du chanteur français le mieux classé dans les ventes, avec 17 titres classés 21 fois numéro 1 des ventes. En gros, ses chansons marchaient à mort, même quand ça durait à peine 2 minutes et que le clip était pour le moins minimaliste (exemple ici en 1964).

 5. Parce qu’il a lancé le twist

Certes il n’est pas le seul, mais il fait partie des 34.548 chanteurs français considérés comme «importateur du twist en France» et ce n’est pas rien tout de même #ChubbyChecker

6. Parce que lui aussi, il a sa chanson-prénom

Johnny a chanté «Laura», Polnareff «Marie-Lou», Christophe «Aline», Les Rollings stones «Angie» et pour Richard Anthony, c’est Clémentine

BONUS :

Richard Anthony c’était un mec qui avait plus d’un tour dans son sac. Quand le tube international «All by myself» est sorti, il l’a traduit en français et en a fait une reprise : YOLO

Vous savez quoi acheter pour le prochain Disquaire Day du coup?

Adieu Richard. Snif.

Pierre Collas

Publié le mercredi 22 avril dans Chroniques, Culture, Musique

Commentaires


*
(invisible) *