« Les Petits Gars de la campagne » > le film qui secoue la PAC

Par Kevin

C’était la semaine dernière au cinéma Utopia. Le cinéma indépendant toulousain offrait pour une diffusion unique dans ses salles le dernier film-documentaire sur la Politique Agricole Commune (PAC) d’Arnaud Brugier. Nous sommes allés le rencontrer.

 

Pour sa séance unique à Toulouse, le deuxième film-documentaire d’Arnaud Brugier, Les Petits Gars de la campagne a fait salle comble au cinéma Utopia. Ce documentaire fait état et surtout contextualise une des grandes idées du projet européen : la Politique Agricole Commune (PAC). En donnant directement la voix aux agriculteurs et céréaliers des quatre coins de la France, le réalisateur s’est attaché à démontrer le caractère parfois incohérent de cette mesure.

Pendant près de 90 minutes, les paysages se succèdent, les témoignages aussi. Si les premiers sont divers et variés, les seconds sont unanimes. « Modifier » à défaut pouvoir changer véritablement cette PAC, tel est le leitmotiv des différents protagonistes. Selon eux, la PAC contribue davantage à de l’agriculture productiviste au détriment de la qualité des produits vendu pour les consommateurs.

Mais au fait, pourquoi avoir fait ce film Arnaud Brugier?

Dans le public, des agriculteurs, des jeunes qui veulent se lancer mais aussi des céréaliers. Si certains sont adeptes de l’agriculture productiviste, d’autres sont plus enclin à l’agriculture raisonnée et biologiques. Cette diversité d’opinion s’ajoute aux nombre de syndicats existants. Interrogé, le porte-parole de la Confédération Paysanne, Julien Lacroix, nous explique pourquoi la profession est dans cette situation.

Alors la PAC, faut-il la changer?

Alors si l’avenir vous souhaitez sauter le pas dans ce monde, que faut-il faire? Julien vous répond:

 

Bande annonce from Les Productions de la Main Verte on Vimeo.

Clément Chevalier et Kevin Figuier

 

Publié le mardi 21 janvier dans Cinéma, Politique et Economie

Commentaires


*
(invisible) *