Les Airs Solidaires à l’assaut du turfu !

Par Hugo

Bim bim, on l’attend patiemment chaque année tel le messie festivalier : Les Airs Solidaires reviennent pour une 9ème édition sous le signe du futur, avec toujours une patte alternative dans l’organisation et audacieuse dans la programmation qui en fait sa renommée !

12694997_943541552391854_8064219779754169946_o

Marty ! Fais chauffer la Delorean (électrique), la joyeuse bande d’étudiants que compose cette association toulousaine part « à l’assaut du futur » !
Alors qu’on s’interroge plus que jamais sur le devenir de notre astre errant dans le cosmos et de ses habitants errants à sa surface, les Airs Solidaires ralentissent le temps sur 11 jours pour mieux explorer les enjeux contemporains de nos sociétés industrialisées, mondialisées et quelque peu fragmentées (et on fait coucou aux super-riches confortablement installés).

Du 30 mars au 9 avril, ce seront donc 2.21 gigowatts de conférences, expositions, ateliers et surtout de concerts dont les échos résonneront dans la ville. Une édition haute en couleurs (au logo et teaser remaniés avec brio par le graphiste Quentin Saubadu) qui se construit grâce à une équipe d’étudiants bénévoles passionné.e.s de musique et de culture !

Parmi ceux qui chanteront avec les lendemains, on retrouve comme à l’accoutumée une programmation musicale plus que jouissive réparties en trois soirées thématiques qui nous font d’avance frétiller de plaisir.
Rhip rhop tout d’abord le jeudi 31 mars et une soirée au Bikini qui s’annonce encore mémorable : un line-up mêlant old school avec le crew de Brooklyn Smif-N-Wessun et le rappeur Buckshot, mais également la nouvelle génération représentée par A State of Mind et les locaux du collectif Kilotone.
Côté electro, on nous régale au Connexion le jeudi 7 avril avec le duo house allemand Session Victim, épaulé par la club music de Basile & Neana du collectif mancunien Gang Fatale et la trip hop du poulain du label français Tartine Records, John Tareugram.
Enfin, pour celles et ceux qui n’ont pas peur de plonger la tête dans un accélérateur de particules, la salle du Cap sur le campus de l’université Paul Sabatier accueillera la légendaire soirée trance pour finir en beauté le 9 avril, avec à l’affiche l’éclateur de neutrons Lifeforms, le chambouleur de protons Protonica et le farfouilleur d’électrons Beat Defenders, un p’tit gars du coin calé sur la progressive.

Les ateliers, projections, débats et disco-soupe de circonstance sont eux aussi répartis par thématiques (« à l’assaut du monde solidaire ! », « à l’assaut des perspectives ! »,  » à l’assaut des nouvelles énergies ! »…) dont vous pouvez retrouver le programme complet sur la page de l’event ! Cela promet de belles découvertes et de sympathiques rencontres, où il s’agira de planter les graines d’un avenir responsable et solidaire, à travers la sensibilisation aux alternatives et la démonstration des initiatives locales ! Bref, les Airs So sont BACK IN DA GAME !

Publié le samedi 13 février dans Chroniques, Culture, Idées, Musique

Commentaires


*
(invisible) *