Le renouveau du téléachat par Ghostface Killah et Killah Priest

Par Hugo

Orson Welles disait : « je hais la télévision. Je la hais autant que les cacahuètes. Mais je ne peux m’arrêter de manger des cacahuètes. » Avec ces deux lascars, c’est plutôt les noix-de-coco-ananas, trempées dans de l’huile prodigieuse qu’on empiffre sans discontinuer. Attention à la faille cosmique dans ton temps de cerveau disponible.

C’est un nouveau produit, tout beau, tout neuf, que les deux rappeurs te vendent à la télé comme un truc qui va « kicker le cul du blunt » : le vapoteur à l’huile de cannabis, estampillé Wu-Tang. Nous revoilà donc à mater TF1 avec la gueule de Laurent Cabrol qui te refile les bons tuyaux pour couper tes tomates avec le couteau Gintsu garanti 50 ans ou un faire des graffitis dans les cheveux avec un spray next gen.

011816_GhostfaceKillahWuGoo
Chimie chimie yo chimie yeah chimie yo !

Alors qu’il vient d’inonder l’industrie du disque en début d’année dernière avec Sour Soul et ces fifrelins de BADBADNOTGOOD, Ghostface Killah s’apprête à investir dans les produits de synthèse, et en compagnie cette fois-ci de Killah Priest (ex-Sunz Of Man, copain dès 95 en signant sur le label du Wu-Tang Clan) et d’une marque de vapoteur à l’huile de hash, Dr. Zodiak and Solo’s Dynamite Stix.
La douce cibiche se nomme « WU GOO », un jeu de mot de qualiteyy sur le groupe de Staten Island et une expression qui signifie « un truc qui te met un petit coup de pied au fion ». En gros.

Sauf que les gars sont les darons du rap jeu, alors ils décident de débarquer sur la première chaîne pour te vendre leur puff puff électronique, et ce de manière magistrale.
Decorum oblige, tout est là : le fond vert pourri, la speakerine mode « Bree Van de Kamp », les animations dégueulasses et les plans de caméra plus de douteux…
Mais voilà qu’arrive le moment fatidique du test, et d’une sale publicité, on passe à un clip total foutraque où les deux rappeurs vantent les mérites de leur produit (bio, ils précisent). Rudes punchlines, ralentis, Sylvestre et Titi, changement d’ambiance.

« Fuck walkin’, you gonna be skippin’ ! »

A la fois réclame traditionnelle et clip vidéo réalisé en auto-dérision absolue, l’innovation est complète et, 4 ans après le lancement de sa marque de bière pimentée, on se dit que les pratiques entrepreneuriales de Ghostface Killah font de lui un businessman modèle. Un Gordon Guekko puissance 12 tendance « green(thumb) is good ».
En attendant sa suprême galette bio Supreme Clientele 2 prévue pour cette fin année, on se délecte de ce joyeux titre qui promet un retour fumeux du rappeur/promoteur vers l’industrie du disque.

Publié le jeudi 21 janvier dans Chroniques, Politique et Economie

Commentaires


*
(invisible) *