La patte Zebra griffe le Métronum !

Par Denis

En ce lundi 2 février, jour de lancement de la soirée Clutchorama #26, j’ai eu l’honneur de couvrir pour RadioGMT, les concerts de Zebra et Rufus Bellefleur. Notons que Zebra nous a fait l’amitié de nous consacrer une petite interview, en spécial pour notre belle Webradio, à retrouver ci-bas.

Zebra, c’est un parcours atypique.

D’abord, l’artiste sauvage est un Breton qui fit ses classes à Rennes. Après quelques albums solo, la France qui aime la bonne musique l’a connu, au début des années 2000, sous son Pseudo, DJ Zebra, avec un style vraiment atypique.

Rappelons, le coup de patte du Zèbre était de prendre 2 morceaux bien distincts pour en créer un 3ème, un mix qui transcende les deux. Ce qui nous donnât les magnifiques Joey Starr Wars voire l’intemporellement génialissime Katerine Vs Boney M. C’est le début des beaux succès scéniques et radiophoniques ( Ouï FM, Virgin Radio ).

Etant passé l’une des références dans son domaine sur la scène musicale Française, le zèbre s’ennui dans son pré-carré. L’animal a donc tout balancé pour revenir à l’état sauvage et à ses premières amours. Ce qui nous donne ce beau nouvel album, plus sauvage, griffement plus personnel…

http://djzebra.free.fr/mp014/MPcover.png

Sur scène comme dans les loges, c’est vraiment un mec qui prend du plaisir, et by extend qui nous donne du plaisir. Ceci passe évidemment par la grande complicité qui existe entre le zèbre, Stéphane son tromboniste, et Nicolas son trompettiste. Deux artistes que Zebra a arraché aux griffes de Dyonisos et Cali.

C’est vraiment de la bonne Pop comme l’on sait encore en faire dans notre beau pays, et ceux, malgré les dires des mauvaises langues… De la bonne musique, et même, chantée en français ! Imaginez-vous un peu.

Choisi ton camps Camarade” nous chante Zebra, et moi je choisi le camps du plaisir, et de la bonne humeur. Le plaisir que prend le trio, se reflète aussi dans la liberté des textes, dont on peut déplorer le manque chez d’autres auteurs, tels que dans “ Tu chantes comme une” et l’impertinent “ Peine-à-jouir ”. Le zèbre et ses deux zebreaux, s’attaque sur un guilleret rythme funk à l’ensemble des pseudo chanteuses, qui envahissent nos écrans télés, sur nombre de chaines diffusant des pseudos shows, qui leur donne reconnaissance et notoriété bien trop fictive. Une belle invitation à éteindre notre poste de télé, pour se poser à écouter de la belle musique.

Le tout aussi bon “Peine-à-jouir” fut écrit lors des déplorables “ Manifs pour tous ”, et vu l’esprit de l’artiste, toute critique de ma part serait veine, mieux vaut que vous découvrez cet excellent morceau de pop française par vous même…

Seul petit point noir dans cette belle soirée musicale, certaines transitions, furent jalonnés de blagues qui n’eurent point le succès espéré. Mais, cela fait aussi parti de la bonne ambiance générale dégagée par l’artiste et ses deux indispensables acolytes… Cela doit venir du manque de pratique radiophonique depuis le départ du Zèbre de Virgin Radio.

Bref, Mambopunk c’est des morceaux funk, d’autres plus pop, d’autres plus rock, un rythme très rythmé et cuivré… Le tout accompagné de très bons textes pour la plupart des chansons, ( j’ai une ou deux réticences personnelles sur une ou deux chansons, selon moi trop énumératrices, mais ce n’est que mon modeste POV ).

La soirée de lancement Clutchorama #26, était le point de départ de la tournée Mambopunk du trio, alors, mon conseil est le suivant, si en vous baladant sur les routes de France, vous voyez le groupe en concert, arrêtez vous y une paire d’heure, et saisissez ce pur moment de plaisir funk-musical !

 

 

Publié le mardi 03 février dans Chroniques, Musique

Commentaires


*
(invisible) *