Jeanne Added, à fleur de peau

Par Eric

On avait rendez-vous avec Mess et Jeanne Added au Bikini ce mercredi 19 octobre. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on a été soufflé.

20h30 : on rentre dans la salle, on prend ses marques, commande une traditionnelle boisson de bienvenue… Et d’emblée on est frappé par la diversité du public présent : (très) jeunes et (beaucoup) moins jeunes se côtoient comme rarement au Bikini. L’intérêt pour la chanteuse, son univers musical et sa forte personnalité revêt un caractère intergénérationnel frappant. Son parcours atypique n’y est probablement pas étranger non plus : après une formation classique puis jazz, Jeanne Added a suivi sa propre voie, mélange des genres particulier mais visiblement très fédérateur.

Le temps de savourer les premières gorgées d’une bière bien méritée, et on se laisse porter par le set de Mess (acronyme de Mélodie en sous-sol), assez envoûtant. Le duo local a un univers bien à lui, teinté de sonorités électroniques émanant d’un clavier et d’une guitare qui accompagnent efficacement des textes traitant notamment des sentiments amoureux. C’est intimiste et franchement plaisant !

Puis le groupe laisse place à Jeanne Added. L’artiste et ses trois brillants musiciens ont été énormément sollicités à la suite de leur premier album sorti en décembre 2014, Be Sensational, nommé aux victoires de la musique 2016. Quand on écoute ses chansons, on imagine un énorme potentiel sur scène. Jeanne utilise sa superbe voix sur des registres très différents, oscillant entre pop électronique et punk en passant par quelques passages plus hip hop. Les productions sont très propres, chaque titre possédant une ambiance particulière.

Bref, à 21h30, c’est plein d’attente qu’on voit Jeanne et ses musiciens entrer sur scène. On s’attendait à une claque, on a été littéralement submergé par l’énergie et l’émotion dégagées par ce moment musical d’une intensité rare. L’album prometteur est sublimé sur scène par la puissance de Jeanne, qui vit pleinement la musique qu’elle nous joue. A vrai dire, il est assez difficile de mettre des mots sur cette performance d’une heure trente, ou de deux heures, ou peut-être d’une demi-heure, on ne sait plus trop.

On tient vraiment à souligner le travail des ingénieurs sons et lumières, qui ont contribué à faire de ce concert un moment d’exception. Les voix de Jeanne Added et des deux musiciennes l’accompagnant sont en parfait accord, on sent tout le travail qui a précédé cette tournée dans la rigueur dont font preuve les musiciens et les techniciens. Pourtant, le show n’a rien de lisse : au contraire, on assiste à un déferlement d’énergie et l’émotion est palpable, tant chez les artistes que chez les spectateurs. La musique de Jeanne Added a quelque chose de sainement libérateur. On se laisse transporter par Jeanne Added, et le choix pudique de l’anglais dans l’écriture de ses textes ne fait absolument pas perdre de leur force aux chansons de l’artiste. On est aussi bluffé par la facilité avec laquelle Jeanne passe d’un registre musical à un autre, mélangeant les genres avec brio. Jeanne Added chante, elle rappe, elle danse, elle saute, elle court, elle joue de la guitare, elle crie : son authenticité frappe autant qu’elle émeut. On chante, on rappe, on danse, on saute, on crie et on aimerait pouvoir courir et écorcher une guitare en même temps (aussi mauvais chanteur et musicien soit-on). Il est impossible de rester insensible face à une telle personnalité, un tel univers musical. Jeanne communique peu entre ses chansons, mais en a-t-elle vraiment besoin ? « Chantez avec moi, vous verrez, ça fait du bien ». Elle laisse échapper quelques larmes lors de sa dernière chanson, et elle n’est clairement pas la seule.

On n’a pas vu le temps passer que déjà vient le temps des promesses de revoyure. Les remerciements de l’artiste entourée par ses trois musiciens sont sincères, et même là, elle est touchante, avec son franc et beau sourire.

Jeanne Added a sorti un excellent album qu’on savoure volontiers chez soi, mais c’est sur scène que l’expérience musicale prend tout son sens : on est transporté par son univers musical, on est entraîné par son énergie communicative, on est ému par son authenticité, et on en ressort accompagné d’un apaisant sentiment de liberté.

 

Publié le vendredi 21 octobre dans Chroniques, Musique

Commentaires


*
(invisible) *