Cinéma > EDEN : Portrait d’une génération ambitieuse

Par Louise

Actuellement en salle, Eden, est le quatrième long-métrage de la réalisatrice Mia Hansen-Løve. Inspirée par l’histoire de son frère Sven Løve, DJ dans les années 90, elle y dépeint une jeunesse qui a grandi entre les soirées « garage » et les débuts de la French Touch. GMT vous en dit un peu plus…

 

SYNOPSIS. Au début des années 90, la scène électronique française est en ébullition. Des soirées « garage » sont organisées et contribuent à l’émergence de nombreux groupes. Paul, 17 ans, est né en plein dans cette génération. C’est ainsi qu’il va former avec son meilleur ami, le duo « Cheers ». Commence alors pour eux, une longue aventure, riche en rebondissements. Mais Eden, c’est aussi le parcours d’un jeune homme qui enchaîne les déboires amoureux, tout en se cherchant un peu lui même.

L’ubiquité de la musique

La musique dans Eden est omniprésente et créée une une ambiance unique. Le spectateur est constamment sollicité par une bande son éclectique qui nous transporte des célèbres Daft Punk au plus récent Jabberwocky avec son tube Photomaton.

EDEN

Un choix volontaire de la part de la réalisatrice puisque c’est un film qui traite avant tout de musique et pas n’importe laquelle, celle de la période «French Touch». Période qui fut avant tout rythmée par une ambition musicale énorme et qui continue encore de se développer aujourd’hui. Cette bande son est donc un moyen efficace pour illustrer les propos du film et nous rend par la même occasion un peu nostalgique de cette période. 

De l’ascension à la chute

Comme dans tous les arts, la concurrence est rude et lorsque certains ont eu succès international, d’autres tombent dans l’oubli en un rien de temps. A défaut de filmer l’émergence des célèbres Daft Punk, devenus légendaires, l’attention est porté sur Paul, alter ego de son frère Sven Love, dj et acteur incontournable des soirées parisiennes « Cheers ». Le film montre bien ce contraste et se divise en deux parties distinctes. La première partie intitulée « paradise garage« , raconte son ascension en tant que DJ et les début de la French Touch  dans les années 90. Dans sa seconde partie, « lost in music« , le film prend un tournant et tente d’illustrer les difficultés financières, amoureuses et liées à la drogue dès années 2000 à 2010.

Un casting jeune et prometteur

EDEN2

 

Ce film est aussi l’occasion de révéler à l’écran de nombreux jeunes acteurs. Notamment, Felix de Givry qui interprète le personnage principal Paul avec beaucoup de sensibilité ou encore Vincent Macaigne qui apporte sa touche humoristique. Les rôles secondaires sont tout aussi remarquables avec entre autres, Pauline Etienne (La Religieuse), Laura Smet, Vincent Lacoste (Les Beaux Gosses), Golshifteh Farahani, ou encore Arsinée Khanjian

On regrette toutefois le manque de profondeur de certains personnages et le caractère parfois plat et léger des répliques. Mis à part cela, Eden est un film qui témoigne d’une génération ambitieuse et riche de projets en tout genre. La « French Touch » n’a pas fini de faire parler d’elle…

Pari réussi pour le dj Chicky Boom (La Petite), qui nous a replongé directement dans les débuts de le « French Touch » lors d’un set accompagné d’une sélection de clip vidéos.

Louise Rivet

Bande-annonce du film:

Publié le dimanche 23 novembre dans Cinéma, Culture

Commentaires


*
(invisible) *