Dillon – This Silence Kills

Par Morgane

Si le label berlinois Bpitch Control a toujours excellé dans la découverte de nouveaux talents électroniques, la meneuse du label, Ellen Allien, a pris un sacré risque avec sa dernière protégée. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça a marché.

Beauté sombre à l’image des seules photos en noir et blanc que l’on peut trouver d’elle, Dominique Dillon a sorti son album « This Silence Kills » le 11 novembre dernier.

A peine 23 ans et la jeune femme a déjà foulé la scène de la Flèche d’or quelques jours après sa sortie. A la fois mystérieux et enfantin, l’album tout entier repose sur le jeu des sonorités et des mots, comme son morceau « Tip Tapping », rappelant un air de comptine répétitive alliant percussions et cuivres.


Parfait pour ces premiers jours de grand froid. Dillon mélange divers ingrédients pour une recette parfaite: du piano, des sons électroniques et une voix voluptueuse. Si le disque ne suit pas une ligne homogène et s’accorde parfois quelques titres ennuyeux, par référence au titre, le silence ne tue pas pour autant l’atmosphère de l’album, et le rend au contraire bien plus profond. Tout semble fragile, minutieusement calculé, empreint d’une âme à la fois déchirée et joueuse…


Sa voix captivante et particulière n’est pas sans nous rappeler l’univers de Lykke Li ou de Bjork. D’autres iront jusqu’à la comparer à Emilie Simon et son art de jouer avec la musique électronique tout en finesse et sentiments, comme sur le titre “Thirteen Thirtyfive”, aux multiples influences.

Mais si la belle se plaît à jouer avec l’infinité des couleurs musicales offerte par les instruments (harpe, piano, percussions…), elle n’hésite pas non plus à se (et nous) plonger dans une interprétation dénudée d’artifices comme sur « You Are My Winter » ou « Hey Beau ».


Tout est simple mais léger, et on sent que Dillon a voulu faire de chaque morceau une ballade particulière à travers ses mots, ses sonorités et ses sentiments. Et même si l’album se clôt avec une influence plus techno sur “Abrupt Clarity”,  la mystérieuse brune vient de s’offrir une belle entrée dans le monde des artistes qui savent attraper nos sentiments au plus profond de nous avec délicatesse…

Publié le vendredi 09 décembre dans Chroniques, Musique

Commentaires

  • Loukoum
    Le vendredi 09 décembre à 20:20

    Super chronique !


  • *
    (invisible) *