Danakil à Toulouse > Le compte-rendu par Marie

Par Marie

Le 2 Avril dernier, le Bikini recevait le groupe francilien Danakil, une des meilleures formations de roots reggae. Et bien sûr, GMT y était. Fer de lance du nouveau reggae, Danakil est venu présenter son dernier album, Entre les lignes. Ce nouvel opus devrait constituer un pan de l’histoire du reggae, tant par l’engagement humaniste des textes que par la qualité esthétique des mélodies

Après une première partie assurée par le groupe Phases cachées, qui a retourné la salle à coup de rap et de reggae, Danakil est monté sur les planches du Bikini. Ce groupe, fondé en 2000 par une bande de potes parisiens, a fait ses armes sur la scène, entamant une énième tournée en France.

Danakil, oui mais qui ?

La personnalité originale de chacun des neuf musiciens, voilà la raison de la réussite du groupe, réuni autour d’une même passion pour les influences et les aspirations musicales jamaïcaines, aux sonorités africaines, insulaires, et même européennes. Le duo basse (Massif Boris) – batterie (Titi) est ravageur, sans parler du talent des deux guitaristes (Papa Dus et Fab), de l’agilité du clavier (smarties) et de l’incroyable prestation du chanteur (Balik) en écho aux couleurs apportées par les cuivres : trompette (Tom), saxophone (Das) et trombone (Big Keuj).

Des humanistes militants : leur arme ? La poésie.

A coup de rythmes One Drop et de sonorités digitales, le groupe s’exprime sur des sujets qui lui tient à cœur, comme L’Or Noir, qui revient sur la douloureuse Françafrique, 16 anciennes colonies françaises. « Ils font exactement l’inverse de ce que le peuple en attend, agissant comme sous le coup puissant d’un divin commandement. » La chanson Mahatma rend hommage en poésie à la mémoire de ces héros, ces inspirateurs pacifiques, comme Gandhi.

Le concert atteint son apogée avec la chanson Marley, très attendue de tous. Entre douceur et nostalgie, arpèges et mélodies roots, Danakil raconte l’histoire de Bob Marley, en symbiose avec le public.

Live : http://www.youtube.com/watch?v=MRxr-UMFPaE

Natty Jean, qui s’est fait connaître grâce au label indépendant de Danakil, a également fait une apparition, apportant sa touche de métissage, sa poésie et sa détermination, dans la chanson Ne touche pas.

http://www.youtube.com/watch?v=TUWtc4Uy-h0

La tournée de Danakil ne s’achèvera que le 27 novembre au Zénith de Paris, traçant sa route musicale dans toute la France, comme à son habitude, avec plaisir, et sans retenue.

 

Publié le samedi 12 avril dans Musique

Commentaires


*
(invisible) *