Breathe Owl Breathe : de la folk qui respire

Par Morgane

Deux barbus désabusés et une jolie nymphe venus tout droit du froid Michigan ? En voyant ces trombines on peut penser avoir à faire à un énième trio charismatique qui chante à moitié faux et qui donne l’impression de jouer de la guitare avec ses orteils…

On aurait bien voulu baver mais ça sera pour une autre fois : les Breathe Owl Breathe respirent la sincérité et leur musique n’a rien d’une pelote de réjection. Prenez un peu de poudre d’Espers, quelques copeaux de Ben & Bruno, c’est parti pour une folk de derrière les fagots à base d’arrangements de cordes savants, de marimbas et de boîtes à musique…Que ceux qui en ont marre de la musique qui pue l’humus ne s’inquiètent pas.

Le meilleur avec Breathe Owl Breathe c’est que c’est au moment où l’on croit qu’on va mourir de froid dans la poudreuse et les branches mortes qu’on nous poignarde dans le dos avec de chaudes nappes de clavier et un refrain accrocheur.

Une volaille, un potager : ce soir c'est pintade sauce forestière pour Trevor, Andréa et Micah.

L’album Magic Central est sorti le 28 septembre 2010 : 12 superbes titres plus frais les uns que les autres. 12 titres où on voit qu’on a à faire à un groupe qui ne se satisfait pas d’une seule bonne idée par chanson : ça fait du bien. En studio aussi bien qu’en live le groupe fait preuve d’un minimalisme dont on s’étonne qu’il nous touche autant…

De belles voix, une bonne production, une paisible nonchalance dénuée de je-m’en-foutisme, de quoi se laisser cueillir volontiers par la chouette comme un rongeur noctambule étourdi.

 

Publié le mardi 29 novembre dans Chroniques, Musique

Commentaires


*
(invisible) *