Bernard Adamus : Une « toune » d’automne à Toulouse

Par Victor

Organisé par Klakson, Bernard Adamus était en concert à La Dynamo de Toulouse. Radio GMT y était !

Quoi de mieux que de commencer une semaine de novembre par une petite « toune » (comme disent les québécois) d’automne? C’est ce que l’on peut légitimement espérer en voyant Bernard Adamus à l’affiche. Venu pour une mini-tournée en Suisse et en France afin de jouer les chansons de ses deux albums « Brun » (2009) et « N°2 » (2012), l’occasion était trop belle pour ne pas parler d’un chanteur naviguant entre autant de musiques que le blues, le jazz, la folk voire le hip hop. Et le moins que l’on puisse dire de la prestation livrée par l’artiste québécois est que ce fut un concert de très bonne facture avec un public à la fois réceptif, chaleureux et conquis.

Bernard Adamus arrive sur scène accompagné de ses 3 musiciens, batteur, banjoïste et cuivre. Le concert commence doucement par une chanson intitulée « Le problème« , puis viennent des morceaux au rythme plus soutenu et au flow plus rapide, laissant apprécier une musique blues à la fois sombre mais enjouée. Viennent ainsi « La Diligence » et « Le Cimetière« qui, contrairement à ce que leur nom indique, contribuent à ce que l’ambiance monte d’un cran et que le public commence à danser et applaudir chaudement les prestations transpirantes de l’interprète et de son « band ».


Carburer aux « shouteurzzz » !

IMG_1316

Une reprise réussie de « La Foule » d’Edith Piaf façon « folk session from Montreal » et l’interprétation de « Brun, la couleur de l’amour » continuent de réjouir la petite centaine de personnes présente dans la salle. Le contact se noue, lentement mais sûrement. Les musiciens en profitent pour se faire servir des bières et même quelques shooters, que les français prononcent « shouteurzzz » aux dires de l’artiste. Le banjoïste gratifie la salle de riffs et d’arpèges, et même d’une descente de scène pour le plus grand plaisir de l’auditoire. La formation s’autorise même un mini-jam sur une de leurs chansons, intégrant ainsi le thème hispanisant de « Olé » sur la chanson « Entre ici pis chez vous« .

IMG_1367

La bande à Bernard monte en gamme sans discontinuer tout au long du concert, le public le ressent également et ne se fait pas prier pour réclamer un rappel qu’il obtient rapidement. Mission réussie pour l’artiste québécois d’origine polonaise. Quelques irréductibles fans, dont quelques québécois toulousains à en croire l’accent chantant qu’ils arboraient, réclament même un deuxième rappel, mais en vain. Bernard Adamus enchainait son 4ème concert en 4 jours: Clermont-Ferrand et 2 dates en Suisse avaient précédé l’étape toulousaine. Qu’importe, l’impression à la sortie de la salle est plutôt positive, celle d’avoir assisté à un concert qui « envoyait » tout en réussissant à créer une certaine intimité avec les spectateurs.

Après un répit d’une vingtaine de minutes, le régisseur m’autorise à monter en loge afin de faire une interview, l’heure est à la détente, tâchons donc de faire une interview à la fois relâchée et pertinente. Agréablement surpris d’apprendre qu’il est l’objet d’une émission lui étant consacrée (Une Heure Ailleurs,émission du 23-11), l’interview commence telle un ruban que Bernard Adamus déroule sans difficultés.

L’interview, que vous pouvez retrouver ci-dessous (et sur la page de l’émission UneHeureAilleurs), fait un léger débrief’ du concert avant de se poursuivre sur plusieurs autres sujets: ses influences musicales, ses souvenirs de concerts, le travail de création, les projets en cours et à venir, son rapport au public et aux formes de concert en général, son passé de vendeur de sapins à New York (eh oui!)….En somme, une belle façon de débuter une semaine de novembre !

Victor Arnaud

Publié le dimanche 23 novembre dans Chroniques, Musique

Commentaires


*
(invisible) *