A Place To Bury Stranger: Le groupe « le plus bruyant de New-York » à Toulouse

Par Marie

La semaine dernière, le groupe «le plus bruyant de New-York» est devenu le groupe le plus bruyant de Toulouse. Bien évidemment Good Morning Toulouse y était présent.

Le groupe A Place To Bury Stranger (APTBS), originaire de Brooklyn, à New-York, a plongé la Dynamo dans une ambiance ténébreuse et électrique, ce mercredi 6 Novembre 2013. Ce groupe de rock, fondé en 2004, est composé d’Oliver Ackermann, (chant et guitare), auparavant membre du groupe shoegaze Skywave, de Jay Space (batterie) et de Dion Lunadon (basse). Ce trio déchaîné a assailli la scène à base de rock psychédélique.

 

APTBS: Du courant musical issu du rock alternatif

La première partie est assurée par Bambara, qui plonge la dynamo dans l’ambiance, à base de rock implosif connoté de sonorité punk. Puis, le moment tant attendu : l’entrée sur scène de APTBS. Dès les premières notes, on devine les différentes influences qui auraient inspiré le style singulier de A Place to Bury Stranger. Entre la puissance des coups de beats et la pâleur de la voix, un rock du style shoegaze, limite maléfique, du moins psychédélique, s’empare de la salle.

Le terme de «shoegaze» est un courant musical issu du rock alternatif, né au sud de l’Angleterre fin 1980. Le shoegaze, que l’on peut rapprocher au courant dream pop, se caractérise par une « musique bruitiste » mais aussi mélodique. Cette musique est dominée en grande partie par les sons de guitares, sons rythmés et sous l’influence d’effets, tels que la distorsion ou du fuzz (saturation du son qui gagne en chaleur, mais perd en clarté et devient flou). Quant aux voix, elles restent en retrait.

 

Shoegazers

Épistémologiquement, le nom shoegaze vient des mots anglais shoe, qui signifie «chaussure» et gaze «regarder». En effet, la plupart des guitaristes «shoegazers» ont le regard fixé sur leurs pieds, concentré sur leurs pédales d’effets pendant leurs concerts. Plusieurs groupes ont fortement influencé ce courant, tel que The Velvet Underground ou encore The Jesus and Mary Chain. Mais le groupe pionner reste My Bloody Valentine avec notamment l’album Loveless, sorti en 1991. Ce sont ces groupes dont A Place to Bury Stranger semble se déclarer héritier.

Plus que de donner des coups de sang, APTBS ont fait exploser des têtes en interprétant leur album Exploding head. Composé d’un mélange de rock lacéré et d’une charge électrique puissante, le trio américain a joué plusieurs morceaux de cet album, dont It is nothing

Leur concert s’est poursuivi en alliant effets subtiles, jeux de lumières et sonorités déjantées, jusqu’à « ego death », apothéose de cet univers détraqué. La salle, emplie de brume, ne laissait plus percevoir les musiciens, pas plus que les autres personnes écoutant le concert. Cet effet psychotrope s’est amplifié avec un jeu de lumière énervé, endiablé. A la fureur des instruments, la voix du chanteur, faible, comme désincarnée a créé un écho. Les sons se sont répandus, noyé ensemble, de telle sorte que APTBS a su hypnotiser son public pour le faire entrer dans son monde.

 

 

Publié le vendredi 15 novembre dans Chroniques, Musique

Commentaires


*
(invisible) *